Accueil » Actus » Terrorisés par leur chat ils s’enferment chez eux et appellent la police

Terrorisés par leur chat ils s’enferment chez eux et appellent la police

A Portland, dans l’Oregon, un chat domestique est devenu tellement agressif qu’il a contraint ses propriétaires à s’enfermer dans leur chambre pour se protéger de ses attaques. Ils ont été forcés d’appeler la police pour demander des renforts.

spencer3_wg

Lee Palmer vit avec sa compagne et leur enfant de sept mois. Leur chat Lux, un croisé Persan de 10 kilos âgé de quatre ans, aurait des antécédents d’agressivité, mais rien de similaire à la furie dont il était pris ce jour-là. D’après le couple, il s’en serait pris au bébé, le griffant au front et forçant M. Palmer à le sortir de la chambre sans ménagement.

Mais une fois dehors l’animal ne s’est pas calmé pour autant, au contraire. Il feulait d’une manière si menaçante que M. Palmer et sa famille, terrorisés, n’osèrent plus quitter la pièce. Le service de contrôle des animaux ne répondant pas à leur appels, ils ont donc contacté la police afin d’être libérés de l’animal.

Au téléphone, Lee Palmer tente de leur expliquer la gravité de la situation : « Il est à notre porte, il nous attaque. Je jure que je n’ai jamais rien vu de pareil. Nous ne sommes pas en sécurité avec le chat. Nous sommes piégés dans la chambre. Il ne nous laisse pas passer la porte. »

Peu après, des agents arrivent sur les lieux pour prêter main forte à la famille prise au piège. À leur arrivée, le chat s’est d’abord enfui vers la cuisine avant d’être maîtrisé et enfermé dans une cage.

Malgré l’évident problème de comportement de leur chat, ses propriétaires affirment ne pas vouloir s’en débarrasser. Une famille a entre autres offert d’adopter Lux, mais Lee Palmer n’a pas donné suite à leur proposition. « C’est un membre de notre famille depuis longtemps ».

M. Palmer et sa compagne ont donc décidé de ne pas laisser tomber leur compagnon à quatre pattes et souhaitent plutôt trouver un moyen de le soigner. Ils ont emmené Lux chez un vétérinaire et consultent également un psychologue pour animaux de compagnie. Ils espèrent trouver l’origine de cette agressivité et la contrôler, dans l’espoir de ne pas avoir à se séparer de leur chat.

Source : Charlotte Grenier – Wamiz

à voir aussi :

No votes yet.
Please wait...
, , , , , , ,